Communauté : SM: Domination/Soumission
Mardi 27 janvier 2009 2 27 /01 /Jan /2009 22:31
- Ecrire un commentaire

BDSM provincial, où cela : au club l’Elixyr près de Saint Jean d’Angély, en Charente Maritime !

 

BDSM convivial … pourquoi cette affirmation ?

 

Une petite diversion étymologique, à l’aide du « petit Larousse », va faciliter la démonstration :

Elixir [eliksir] n.m. (arabe al-iksir, essence). Médicament liquide, formé d’une ou plusieurs substances dissoutes dans l’alcool, auquel on accordait parfois des propriétés magiques.

 

Médicament : Vous cherchez un remède contre votre train-train quotidien … c’est à l’Elixyr !

Et si vous voulez combattre la douleur par la douleur … c’est à l’Elixyr aussi, car son donjon est équipé à souhait pour cela !

 

Liquide : Vous voulez vous désaltérer dans une ambiance surchauffée … c’est à l’Elixyr !

Et si les jeux de « champagne » vous traversaient l’esprit et envoûtaient votre partenaire, c’est à l’Elixyr aussi, car la toile plastique noire qui recouvre la grande table centrale du donjon permettra toutes les libations !

 

Substances : Vous êtes sensible à l’essentiel et au meilleur des choses … c’est à l’Elixyr !

Et si toutes sortes de matières vous font frissonner … c’est à l’Elixyr aussi, car vous pourrez goûter certes au velouté du cuir, au crissement du vinyl et à l’intimité du latex, mais aussi au sifflement des lanières, au silence des cordes de bondage, à l’étincelle des bougies et à la fermeté des pinces ou des godes-ceintures !

 

Dissoutes : Vous mélangez intimement le mental et le physique … c’est à l’Elixyr !

Et si vous aimez mettre vos sens en émoi … c’est à l’Elixyr aussi, car la Maîtresse des lieux, ClaudiaCuir, et le Maître du Bondage, Cerbère, vous y feront conjuguer plaisir et épreuve, complicité et docilité, intensité et abandon !

 

Alcool : Vous appréciez les conversations confortables autour d’un verre … c’est à l’Elixyr !

Et si vous pratiquez les délices des aiguilles … c’est à l’Elixyr aussi, car ClaudiaCuir saura recourir aux protections alcoolisées adaptées !

 

Propriétés : Vous rêvez d’un lieu isolé où vous vous sentez chez vous … c’est à l’Elixyr !

Et si vous voulez user et disposer d’un corps de façon exclusive et absolue, ou que vous souhaitez donner ce droit à votre partenaire … c’est à l’Elixyr aussi, car Cerbère, tel le magicien qui tire de son chapeau des rubans à l’infini, vous déroulera quantité de cordes et liens, vous immobilisera en un tour de main et vous suspendra l’espace d’une éternité !

 

Magiques : Vous vibrez devant et avec ce qui étonne, enchante et émerveille … c’est à l’Elixyr !

Et si vous appréciez un espace fait à la fois de perspectives larges et de boudoirs discrets, conjuguant en même temps rusticité de la pierre et feutré du velours, musique enivrante et lumière tamisée … c’est à l’Elixyr aussi !!!

 

Fallait-il que je fasse cette démonstration pour témoigner de l’impression, ou plutôt des impressions qui m’ont agréablement surprise lors de la soirée à l’Elixyr ?

 

Pourquoi ne pas dire simplement que j’y venais pour la 1ère fois, et que pourtant j’y ai été accueillie comme si j’y étais connue de toujours, mais que le Maître de cérémonie, vêtu d’une ample tenue de cuir, sorte de manteau sorti d’un western le capant de la tête aux pieds, m’a confiée à une des barmaids pour qu’elle me fasse visiter les lieux, que j’ai alors rapidement croisé ClaudiaCuir et Cerbère, qui, bien qu’étant en charge de l’animation de la soirée, ont cependant pris le temps de converser avec moi et de me la décrire rapidement.

 

Ce soir, c’est la « grande première » : les 2 espaces du club, habituellement séparées et dédiées l’un aux rencontres libertines, l’autre aux ambiances SM, sont rassemblés et constituent un immense labyrinthe riche de ces 2 diversités. Mais un « dress-code » strict a été établi : cuir, vivyl, latex et tenues fétichistes marquent sans ambiguïté que la soirée s’adresse aux adeptes du BDSM, qu’ils aient envie de le découvrir ou qu’ils en soient des adeptes convaincus.



 

Sur la base de « shows-performances », la soirée fetish/SM que l’Elixyr a confiée à ClaudiaCuir et Cerbère se situe bien dans l’esprit BDSM : Bondage, Discipline, Domination, Soumission et Sado-Masochisme, en alternant des démonstrations de Bondage et de Sado-Masochisme, de fétichisme, de domination et de soumission.

 

L’un et l’autre, comme des chefs d’orchestre, officient en virtuoses : la baguette de Maîtresse Claudia fait plier sans rémission ses soumis et les mains du Maître Cerbère entrelacent les cordes prêtes à bonder et suspendre.



Maîtresse Claudia dispose d’une créature, sans visage et entièrement revêtue d’une tenue de cuir moulante, la contraint de chaînes et menottes et l’oblige à attendre, immobile, pendant qu’elle accorde ses faveurs à 2 soumis, qu’elle décore et honore à loisir et avec fermeté avec pinces, bougies, cordes et godes, puis qu’elle laisse, fesses rougies et dos « ciré », enfermés dans un cachot souterrain.




----------------------------------------------------------------------------------------

Je suis la première candidate à l’un des shows, je n’ai en effet jamais été bondée et suspendue : Maître Cerbère me met à l’aise et me laisse choisir ma « tenue » … Je garderai ma jupette noire, si courte qu’elle laisse totalement visibles les jarretières de mes bas résilles noirs, mes chaussures noires à hauts talons et à lanières. Ma nouvelle coiffure blonde, plus courte que la précédente, fera que, une fois suspendue, mon visage ne soit pas dissimulé sous mes cheveux et que je puisse « jouir » du spectacle qui s’offrira sans doute à mes yeux une fois que je serai suspendue : j’ai de plus prévenu le photographe de la soirée, Eric, que je n’avais aucune réticence devant l’objectif, y compris visage découvert.

 

J’enlève cependant mon chemisier noir, qui me semble peu approprié et sans doute guère résistant aux jeux des cordes. Mon torse et mon dos seront ainsi libres et seulement ornés de mon soutien-gorge à bonnets ajourés, d’où ressortent, dressés comme jamais, mes tétons que ClaudiaCuir avait rapidement remarqués et que, à maintes reprises au cours de la soirée chaque fois que nous nous sommes croisées, elle a titillés avec un sourire malicieux et délicat.

 

Je suis debout, rapidement sanglée au dessus et dessous les seins, et ce n’est que plus tard que je réaliserai qu’une corde me relie déjà à la poutre maîtresse (sans jeu de mot …) de la mezzanine qui domine la grande salle du bar et sous laquelle se déroule le show : les innombrables banquettes (pour une fois, voilà un club où les places assises ne sont pas comptées !) sont toutes occupées pour accueillir l’ensemble de l’assistance.



 

Un moment plus délicat : Cerbère me demande de serrer les jambes totalement jointes, ce qui m’oblige à bien assurer mon équilibre sur mes hauts-talons, alors que le bondage très serré des chevilles génère des efforts qui mette cet équilibre en épreuve.



 

Une seconde plus tard, c’est le basculement … Etant déjà attachée à la poutre par le haut du corps, je quitte le sol dès que Cerbère me hisse par la corde des pieds elle aussi coulissant dans un anneau fixé à la poutre : je « décolle » au sens physique du terme, et je pense instantanément au « voyage » que j’ai souvent décrit ici lors d’autres épreuves SM : vais-je vivre, avec ce bondage-suspension, les mêmes émotions qui m’envahissent au cours des flagellations, des étirements des tétons ou du sexe, des piqûres de cire fondue … et qui font que les sensations physiques, que d’autres appelleront douleur ou souffrance, sont alors reléguées au second plan ?



 

J’échange sur ce thème une conversation avec Cerbère : chaque situation SM, faite d’une communion entre l’engagement mental des partenaires dominant/dominé et l’épreuve physique imposée, crée chez chacun des partenaires une sensation spécifique, et nous sommes plus ou moins sensibles à telle ou telle épreuve. C’est la résonance qui s’installe et s’amplifie entre les partenaires qui va en générer la complicité et en décupler les sensations !

 

Maintenant que je suis suspendue, Cerbère rassemble dans mon dos mes bras qui pendaient jusqu’alors et entreprend d’immobiliser fermement mes mains, puis fait de même avec mes jambes, qu’il solidarise encore plus solidement.



 

Les cordes de chanvre sont neuves, me dit Cerbère, et pas encore huilées ni souples : il me faudra donc une autre épreuve de bondage-suspension pour comparer et découvrir les sensations apportées par des cordes expérimentées …

 

Ces nouvelles immobilisations des mains et des jambes se répercutent sur les cordes qui m’enserrent le torse par des tensions plus fortes et des frottements plus cuisants.


Pour l’instant, je ressens une double sensation contradictoire : d’une part, la contrainte éprouvante des cordes serrées, durcie par leurs jeux et glissements sur la peau pour s’ajuster à la bonne répartition des 2 « masses » suspendues, côté torse et côté jambes, et d’autre part l’apesanteur libératrice qui rend mon corps intemporel et cependant impuissant !

 

Moi qui, enfant, n’aimais pas la balançoire, me voilà soumise (le mot est significatif !) aux oscillations que créent les impulsions que donne Cerbère à mon corps, qui se met à onduler d’un côté à l’autre, dans un mouvement de rotation autour d’un axe vertical virtuel qui passerait au niveau de mes fesses, dit mouvement de « lacet » : ne pas confondre avec les 2 autres mouvements bien connus en bateau, le « roulis » (de droite à gauche) et le « tangage »  (d’avant en arrière).

 

Le photographe Guy mitraille mon corps, mon visage … par devant, sur le côté et cette situation d’exhibition ne m’est pas désagréable, même si je n’ai plus aucune liberté (et pour cause !) pour prendre telle ou telle pose devant son objectif !

 




Cerbère aura régulièrement pris soin de me demander comment je me sentais : je le remercie ici de cette sollicitude … J’évoque aussi avec lui ma sensibilité à l’aspect esthétique des situations, le bondage en fait partie, car il est l’expression enchevêtrée des formes naturelles du corps et du contraste des cordes sur la peau, quand celles-ci font ressortir celles-là : autant les formes rebondies des fesses et des seins se prêtent évidemment à leur mise en valeur sous la tension des cordes, autant celles des bras, jambes, du dos, du ventre et du sexe ressortent aussi de l’enroulé ou du croisé de ces mêmes cordes !


Je suis loin d’être indifférente à l’esthétique des coulées colorées de cire fondue, telles un feu d’artifice, celle des marques laissées sous forme de rougeurs larges par la fessée ou le paddle, de zébrures par le martinet, le fouet ou la cravache,

ce sont autant de visions de formes et de couleurs qu’offrent mon corps à la personne qui a décidé d’en disposer, d’en jouer et d’en jouir à son gré.

 

Certes seule la personne qui me domine peut apprécier en temps réel ces visions, contrairement à moi, qui suis à sa merci et qui n’ai pas le droit de prendre de recul : cependant au cours de toutes ces épreuves, dans ma tête et parallèlement au « voyage » mental que j’évoquais ci-dessus, je pense aussi comment mon corps rend ces esthétiques, j’imagine ces coulées, ces marques …

 

Cette fois, j’imagine aussi bien la vision globale qu’offre mon corps bondé et suspendu (et mon mental en est solidaire !), que la vision détaillée du lacis serré des cordes !

 

J’imagine aussi d’autres sensations conjuguées à cette épreuve, alliant bondage et SM, où mon corps totalement offert subira, sans pouvoir bouger, la chaleur pointue de la bougie ou la brûlure cinglante du fouet …

 

La « descente » commence : Cerbère me fait reprendre pied avec le sol et la réalité !



 

Auparavant, il a libéré mes mains, et pourtant je ne parviens pas à les ramener devant, tant leur contrainte dans le dos s’était conjuguée intimement à l’équilibre général qu’avait trouvé mon corps.

 

La soirée continue, avec d’autres shows de bondage et épreuves SM, où ClaudiaCuir tient le rôle de la « pédagogue » vis-à-vis du public, et pour moi des conversations que j’engage ici avec une consœur travestie venue de l’île d’Oléron, là avec un couple simplement curieux des jeux BDSM et venu de Bordeaux … : l’Elixyr est un carrefour des diversités, autant des origines géographiques que des genres !

 

Ma soirée aura été marquée par cette rencontre-action avec Cerbère et par mes conversations avec Claudia, où l’un et l’autre se sont montrés accueillants et décontractés malgré la charge d’animation qui pesait sur eux … J’ai surtout été impressionnée par leur abord direct et débarrassé des conventions stéréotypées dans lesquelles s’emprisonnent bien des adeptes du BDSM, notamment les personnes dominantes, comportement et attitude d’esprit qui sont loin d’être habituels : leur maître-mot à eux deux semble être convivialité avant tout !

 






Le show final réunira ClaudiaCuir et la créature dans un bondage-suspension majestueux qui les lie ensemble et que réalise Cerbère au dessus du bar, leurs silhouettes se découpant à
5 mètres de hauteur sur le vaste mur en pierres apparentes et éclairé de torches aux allures médiévales.


















Au moment de mon départ, tôt le matin, j’engage une dernière conversation inattendue, avec celle qui se reconnaîtra et avec qui se découvre un goût partagé pour la peinture, une des formes de l’art : je crois que je partage avec elle cette conviction que l’art pictural, à l’aune d’autres arts littéraires ou plastiques, comme la poésie, le théâtre, la danse ou la sculpture, est une façon de prendre du recul et de retrouver l’essentiel, en face des vicissitudes du quotidien et de nos emportements futiles.

 

Cette conversation devrait avoir une suite, au moins j’en formule ici l’augure …

 

Sophya

 

Retour à l'accueil

Profil

  • Sophya
  • BDSM, Art, dessins et travestissement : Imagination et aventure pour soumission et culture
  • BDSM soumise soumission domination Maîtresse
  • Toutes les transgressions vecues comme depassement du reel et envol vers l'imaginaire ... sont les bienvenues ! NB : Sans "collier", je suis prête à dialoguer avec une femme dominatrice, seule ou accompagnée, pour le meilleur et pour le "pire"

Présentation

  • : BDSM, Art, dessins et travestissement : Imagination et aventure pour soumission et culture
  • BDSM, Art, dessins et travestissement : Imagination et aventure pour soumission et culture
  • : sodomie
  • : Je suis Sophya, transgenre exclusivement passive et soumise, très docile mentalement et physiquement. Sportive, 170/66, totalement non-virile mais fémininement ouverte haut et bas, avec de belles fesses, des jambes galbées et des bouts de seins saillants (mens 90A-78-95). NB : Je ne porte pas de "collier" et suis prête à dialoguer avec une femme dominatrice, seule ou accompagnée, pour son meilleur et pour mon "pire" ...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Liens

Images Aléatoires

  • S-DosRouge_V3.jpg
  • RV2 VerasClub-copie-1
  • MaChatte V2
  • BA3 Sophya Arrivee-SexShop TagSALOPE
  • 18 Domina FFDurga
  • BA9 Sophya SpermeVisage6-TagComplet

Archives

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés